13 juillet

Bienheureux Silas

  1. En Macédoine, le bienheureux Silas, désigné par l’Esprit-Saint avec saint Paul et saint Barnabé pour l’évangélisation des païens : il est souvent mentionné dans les Actes des apôtres et les Epîtres.
  2. À Rome, au Ier siècle, saint Anaclet, pape et martyr.
  3. À Gênes, le bienheureux Jacques de Voragine, évêque. Dominicain, il occupa de hautes charges dans l’Ordre, avant de se voir imposer par le pape celle d’archevêque de Gênes. Très bon pour les pauvres, il mourut pauvre lui-même le 14 juillet 1298. Il est surtout connu comme l’auteur de la Légende dorée.
  4. À Porto Rico, en 1963, le bienheureux Carlos Manuel Rodríguez. De santé délicate, ce laïc fervent consacra sa vie à un apostolat eucharistique et liturgique très fécond. Il se fit l’apôtre, auprès des évêques et du clergé, du renouveau liturgique promu par le pape Pie XII. Il mourut d’une tumeur maligne, âgé de 44 ans. Il est le premier portoricain porté sur les autels.

En savoir plus…

Saint Anaclet

Anaclet fut le troisième pape : il vint après saint Pierre et saint Lin, tous deux morts martyrs. Originaire d’Athènes, il gouverna l’Eglise sous l’empereur Trajan. Il décréta que tout nouvel évêque serait consacré par trois évêques au moins : coutume qui subsiste encore de nos jours, en ce sens que l’élu doit être sacré par un prélat consécrateur assisté de deux autres évêques.,Il établit aussi que les clercs seraient publiquement exercés aux saints ordres par leur propre évêque, et qu’une fois la consécration achevée, ils communieraient tous à la messe. Il décora le tombeau de saint Pierre et fixa un lieu pour la sépulture des papes. Après avoir occupé le Saint-Siège environ dix ans, il reçut, comme ses prédécesseurs, la couronne du martyre et fut enseveli au Vatican. On fixe l’an 112 comme date probable de sa mort.