8 juillet

Saint Aquila et sainte Priscille

  • En Asie Mineure, saint Aquila et sainte Priscille, coopérateurs de saint Paul à Corinthe où ils l’hébergèrent, à Ephèse où leur maison servit d’église, et à Rome.
  • En Italie, en 885, saint Adrien III, pape.
  • En Belgique, en 1115, le bienheureux Pierre l’Hermite, célèbre prédicateur de la première croisade.
  • À Rome, en 1153, saint Eugène III, pape, disciple de saint Bernard.

En savoir plus…

Saint Aquila et Sainte Prisca

« Les Églises de la province d’Asie vous saluent, écrit saint Paul aux Corinthiens. Aquilas Aquila et Prisca Priscille vous saluent bien dans le Seigneur, avec l’Eglise qui se rassemble chez eux » (1 Co 16, 19).
Qui étaient Aquila et Priscille ? un couple de juifs romanisés d’où leur nom à consonance latine, devenus chrétiens, Aquila et sa femme Prisca diminutif de Priscilla, chassés de Rome par un décret contre les juifs, arrivent à Corinthe à peu près en même temps que saint Paul, réfugiés à Corinthe, où ils travaillaient à fabrique des tentes. Paul, passé par Athènes à Corinthe, s’installa chez eux, et Aquila l’employait dans son atelier. Mari et femme devirent les « collaborateurs » fidèles de l’Apôtre, risquant leur tête pour lui sauver la vie Rm 16, 3-4, le suivant à Ephèse, où ils prirent part à l’œuvre d’évangélisation. On les a vus rectifier avec discrétion, à la synagogue d’Ephèse, la prédication enthousiaste d’un certain Apollos, qui ne connaissait que le baptême de Jean. Quand Priscille et Aquila l’entendirent, ils le prirent à part et lui exposèrent avec plus d’exactitude la Voie de Dieu Ac 18, 26. Paul a salué en eux des compagnons de travail, envers lesquels toutes les Eglises du monde païen manifestaient de la reconnaissance (Rm 16, 3-4).
Ils continuent leur apostolat à Ephèse, puis reviennent à Rome. Paul fait à plusieurs reprises dans ses lettres l’éloge de ces amis fidèles et dévoués.