20 novembre

Saint Edmond

  • En Angleterre, en 870, saint Edmond, roi et martyr.
  • En Italie, en 1221, le bienheureux Bonvisius de Plaisance, un des premiers compagnons de saint Dominique, qui le chargea de fonder un couvent dans sa patrie.
  • En Espagne, en 1936, la bienheureuse Angèle Lloret Marti et ses 16 compagnes, Soeurs de la Doctrine Chrétienne, martyres.

En savoir plus…

Saint Edmond

« Here, here, here ! » « Ici, ici, ici ! » entendent les chasseurs qui organisent une battue pour retrouver la tête d’Edmond, qui vient d’être massacré par l’affreux chef viking Ivar. Ils se dirigent vers la voix et découvrent un loup qui gardait la tête d’Edmond entre ses pattes pour la protéger des bêtes de la forêt.
On le pleurait, beau roi d’Est-Anglie en Angleterre qui était monté à 15 ans quinze ans plus tôt, le jour de Noël de l’an 854 sur le trône. Il n’était pas seulement beau, mais courageux, juste et pieux. Orphelins, pauvres et handicapés trouvaient en lui un souverain protecteur. Pendant une quinzaine d’années, il parvint à résister à la pression des envahisseurs en leur payant de lourds tributs. Quand le pays, ruiné, n’est plus en mesure de verser les rançons, les Danois décident d’en finir. Envahi par les pirates danois, Edmond comprend que son royaume est perdu. Il renvoie l’armée pour qu’elle ne se fasse pas décimer. Il est capturé. Refuse de signer une abjecte capitulation. On le fouette, on l’attache à un arbre, on le perce de flèches et on le décapite. Il dit à son bourreau : « Tu viens vers moi avec les mains encore tachées du sang de mes sujets. C’est la mort que tu mériterais. Mais je préfère de mon Seigneur Dieu. Tu t’empareras sans doute de mon corps. Quant à mon âme, je saurai la garder indépendante et libre. » Nous sommes en 870.
Un siècle plus tard, Abdon de Fleury, lors de son séjour à Ramsey, relate la passion de saint Edmond, sur la foi des renseignements de l’archevêque de Cantorbéry, qui a connu l’écuyer du roi défunt. Edmond aurait préféré mourir plutôt que de se soumettre à un païen. L’église où fut déposé le corps du martyr devint une importante abbaye bénédictine, aujourd’hui Bury Saint Edmunds. Le culte de saint Edmond est demeuré très populaire en Angleterre. Il est souvent représenté couronné, portant son sceptre, mais transpercé de flèches.
Il est le protecteur des richesses.