28 mai

Saint Germain

  • À Paris, en 576, saint Germain, évêque, fondateur du monastère qu’on appela plus tard Saint-Germain-des-Prés. Né près d’Autun vers la fin du Ve siècle, saint Germain mena d’abord la vie érémitique. Ordonné prêtre en 530, il devint administrateur du monastère Saint-Symphorien d’Autun, dont il fut élu abbé en 540. Nommé vers 556 évêque de Paris, il accepta cette charge sans rien changer à ses habitudes de vie simple. Il fut surnommé « le père des pauvres » et convertit le roi Childéric Ier. Célèbre par sa science, son zèle ecclésiastique, son éloquence, son amour de la liturgie, il ne le fut pas moins par sa charité débordante et son ascèse mortifiée. Il fonda l’abbaye Saint-Vincent. Il mourut le 28 mai 576 et fut inhumé dans l’église Saint-Vincent, à laquelle on donna son nom : Saint-Germain des Prés. Ses reliques, qui y étaient vénérées, furent dispersées par la Révolution française. On a sous son nom une Explication de la liturgie, qui fournit de précieux renseignements sur la liturgie gallicane de son temps.
  • Au diocèse de Montpellier, en 812, saint Guilhem, (prononcer “Guillain”) comte d’Aquitaine, parent de Charlemagne ; il se retira dans le monastère de Gellone, qu’il avait fondé, et y vécut dans une profonde humilité.
  • En Italie, en 1081, saint Bernard de Menthon, fondateur d’un hospice célèbre ; le pape Pie XI l’a institué patron des alpinistes.

En savoir plus…

Saint Germain

On l’invoque comme saint Germain « de Paris », pour ne pas le confondre avec saint Germain « d’Auxerre », son homonyme du siècle précédent, mort en 448.
Après avoir vécu pendant quinze ans près d’un saint prêtre, son oncle, Germain est ordonné prêtre et devient abbé du monastère Saint-Symphorien, à Autun.
Aux alentours de l’an 555, Childebert, fils de Clovis, vient le chercher pour être grand chapelain de la cour et évêque de Paris. Le peu commode souverain, qui mène une vie licencieuse, ne sait pas ce qui l’attend : la conversion, rien de moins. De leur côté, peut-être les moines poussent-ils un soupir de soulagement en voyant partir ce père abbé exigeant qui avait mission de les ramener à l’observance de leur règle de vie. Pas commode non plus, l’abbé ! Très austère pour lui même, il demandait beaucoup à ses frères moines … allant jusqu’à distribuer leur propre pain au pauvres.
Né en 496 à Autun, il échappe à la mort par deux fois : sa mère aurait, sans succès, tenté de provoquer un avortement et sa tante d’Avallon essayé de l’empoisonner mais le poison est pris par mégarde par son propre fils. Germain se réfugia près d’un ermite, son oncle, dont il partagea la vie austère, et dont il s’étudia chaque jour à imiter la piété et les vertus.
Entré au monastère à 30 ans, Germain en a près de 60 lorsqu’il devient évêque de Paris. Une tâche difficile l’attend auprès des fils et petits-fils de Clovis : bien que baptisés, ce sont de vrais barbares ! Mais Germain garde le cœur paisible, enraciné dans la prière. Rude avec lui-même, il se fait tout à tous, éprouvant une compassion particulière envers les prisonniers : on l’appelle le « père des pauvres ». Grand prédicateur, il combat la luxure, la superstition et l’esclavage ; par son intercession, les malades sont guéris miraculeusement, des possédés libérés du démon. Son apostolat suscite de nombreuses conversions.
À son instigation, Childebert fait construire un superbe abbaye, sur la rive gauche de la Seine, hors des murs de Paris, au milieu des prés, des bâtiments se dressent qui, avec les terres qui y sont attachées, occuperont la superficie des actuelles 6ème et 7ème arrondissements.
Consacré pour recevoir les reliques de la Croix et de saint Vincent de Saragosse, l’abbaye porte leurs noms Sainte Croix Saint Vincent, et son église devient nécropole des rois. Mais en 576, l’évêque y est enterré : on la nomme depuis lors « Saint Germain des Prés ».
Germain eut la plus grande et la plus heureuse influence auprès des rois et des reines qui se succédèrent sur le trône de France pendant son épiscopat ; on ne saurait dire le nombre de pauvres qu’il secourut des prisonniers qu’il délivra, avec l’or des largesses royales. Il mourut, plein de mérites, vers l’âge de quatre-vingt ans.