15 janvier

Saint Macaire

  • En Egypte, en 390, saint Macaire, abbé, disciple de saint Antoine ; fondateur et premier Père du désert de Scété.
  • Au VIe siècle, Saint Maur, qui instaura le monachisme à Glanfeuil, diocèse d’Angers. Ses reliques furent transférées près de Paris, à l’abbaye qui prit dès lors pour nom Saint-Maur-des-Fossés.
  • À Saint-Gilles, en Provence, saint Pierre de Castelnau, abbé cistercien, légat du Pape Innocent III, assassiné en 1209 par les albigeois.

En savoir plus…

Saint Macaire

Makarios naquit dans un village de Haute-Égypte en 300 et, enfant, commença par garder les troupeaux de son père. Devenu jeune homme, il se retira dans une cellule pour y vaquer à la prière et au travail. C’est là qu’une fille de mauvaise vie l’accusa de l’avoir séduite et de l’avoir rendue enceinte. Comme il ne disait rien pour sa défense, on le traîna à travers les rues, on l’accabla d’injures et de coups ; il endura tout avec patience et douceur, allant jusqu’à accepter de subvenir aux besoins de la mère et de l’enfant. Ce qui lui valut l’admiration de tous quand enfin son innocence fut reconnue. À l’âge de trente ans, il se retira dans le désert de Scété, sur les confins de la Libye, pour y mener la vie des anachorètes. Chacun de ceux-ci ayant un ermitage séparé, Macaire n’admit auprès de lui qu’un seul disciple, Euagros, chargé de recevoir les visiteurs. Il alla voir Antoine, le patriarche des cénobites, qui le reçut avec beaucoup d’amitié.
Vers 340, un évêque le força à recevoir la prêtrise pour qu’il pût assurer la messe et la communion des habitants du désert, tandis qu’une véritable communauté se formait à Scété. Par un éclatant miracle, Macaire confondit un hiéracite venu jeter le trouble dans la communauté ; c’était un disciple de l’hérésiarque Hierax, qui niait la résurrection des corps. Après une vie bien remplie de prière et d’austérité, d’humilité et de patience, mais aussi d’apostolat par l’exemple, Macaire rendit sa belle âme à Dieu en 390, à l’âge de 90 ans.