18 janvier

Sainte Prisque

  • Mémoire de sainte Prisque, vierge et martyre, à Rome.
  • À Tours, saint Volusien, évêque, exilé par les Goths ariens au Ve siècle, et saint Léobard, reclus, au VIe siècle.
  • En Hongrie, en 1270, sainte Marguerite, vierge ; de famille royale, elle abandonna les honneurs pour mener dans l’Ordre de saint Dominique une vie d’humilité, d’austérité et de prière.
  • À Tarragona, en Espagne, le bienheureux Jaime Hilario Barbal Cosan, frère des Ecoles chrétiennes, mis à mort en haine de la Foi en 1937.

En savoir plus…

Sainte Marguerite de Hongrie

Née en 1242 à Klissa, en Hongrie, Marguerite était la fille du roi Béla IV. Très jeune, elle repoussa les prétendants, dont le roi de Pologne Charles d’Anjou, pour se consacrer à Dieu. En 1262, elle fit profession religieuse selon la règle de saint Dominique. Son Père fit construire un monastère de dominicaines sur l’île aux Lièvres, devenue aujourd’hui l’île Marguerite.
À l’intérieur du monastère, Marguerite cherchait les tâches les plus rudes et les plus humbles. Eprise d’ascèse, elle affligeait son corps de toutes les façons, non par fidélité à la règle dominicaine qui n’en demandait pas tant, mais de sa propre initiative. Pour mieux s’associer à la Passion du Christ, elle se flagellait souvent, portait à même la peau des cordes qui lui provoquaient des plaies. En retour, elle fut couronnée de dons mystiques assez étonnantes.
Sa vie fut marquée par une constante pénitence et par le soin quotidien des malades. Elle est souvent représentée, en particulier dans les églises dominicaines d’Italie revêtue de l’habit de moniale, portant un lys, une couronne à ses pieds : celle à laquelle elle avait renoncé.
Elle est décédée le 18 janvier 1270 à Budapest. Son procès de béatification commença en 1271 sous le Bienheureux Grégoire X, 1271-1276. Sa réputation de sainteté était telle pour le peuple hongrois qu’elle fut béatifiée six ans seulement après sa mort. Elle a été canonisée le 19 novembre 1943, à Rome, par le pape Pie XII.